Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

5 minutes avec Marie Tresse, Responsable Communication interne chez Nature & Découvertes

Dans cette rubrique du blog, nous partons à la rencontre de professionnels de la communication interne. L’objectif : partager leurs bonnes pratiques et leur vision pour le futur. Aujourd’hui, rencontre avec Marie Tresse, Responsable Communication interne chez Nature & Découvertes.

 

Nature & Découvertes a été créé il y a 30 ans. La marque possède 90 magasins en nom propre, dont 85 en France, et quelques magasins franchisés en Suisse et dans les DOM-TOM. Depuis son rachat par Fnac-Darty il y a trois ans, elle compte également des « shop in shop » dans quelques magasins Fnac. Nature & Découvertes a aussi une fondation qui soutient des projets de protection de la biodiversité et d’éducation à la protection de la nature.

L’entreprise compte 1 200 salariés : 1 000 travaillent dans les magasins, 150 au siège et une cinquantaine dans son entrepôt.

 

1) Marie Tresse, comment fonctionne la communication interne chez Nature & Découvertes ?

Pour communiquer avec les salariés connectés, nous utilisons des outils très classiques. Des newsletters très opérationnelles, sur la vente, partent vers les magasins deux fois par semaine. Nous envoyons aussi une newsletter mensuelle, beaucoup plus informative. Elle contient des portraits métiers, des projets d’entreprise, des contenus sur notre fondation, autour de nos produits… Nous organisons également des réunions d’information mensuelles au siège.


Nous travaillons en étroite collaboration avec les équipes de Fnac-Darty. Nous diffusons des messages Groupe auprès de nos collaborateurs Nature & Découvertes, nous échangeons beaucoup et nous partageons des bonnes pratiques et nos expériences.


Comme dans beaucoup d’entreprises de retail, la majorité de nos collaborateurs travaille sur le terrain. Notre principale problématique est donc de parvenir à les atteindre. Les cadres en magasin ont des adresses mail professionnelles, donc ils accèdent à nos outils digitaux, mais pas les vendeurs.

 

2) Quelle est votre approche pour communiquer avec les salariés sur le terrain ?

Nous utilisons beaucoup le relais des managers. Nous organisons régulièrement des réunions avec eux, en visio, pour leur communiquer les derniers chiffres, parler des grands projets et appuyer sur certains messages. Pour les sujets stratégiques, nous leur fournissons également une boîte à outils.


Nous avons aussi déployé Workplace, dont nous avons été bêta-testeurs en 2015. Tout s’est fait en douceur, sur la base du volontariat. Aujourd’hui, il y a plus de 800 comptes de collaborateurs. Ceux qui n’avaient pas de mail professionnel ont utilisé leur adresse personnelle et ils représentent la population la plus active.


C’est l’un de nos canaux les plus efficaces. Nous ne l’utilisons pas pour diffuser des informations urgentes ou opérationnelles, c’est plutôt un espace de communication transverse, d’échanges de bonnes pratiques, de partages de réussites. Il y a par exemple des groupes de discussion par métier où les personnes parlent de leurs fiertés, de leurs réalisations ou de leurs difficultés. Les salariés se répondent entre eux, par exemple lorsqu’ils ont des questions sur le fonctionnement d’un produit.

Mais même avec Workplace, réussir à toucher tout le monde reste un défi. Nous avons toujours des collaborateurs qui ne sont pas connectés, par choix ou parce qu’ils ne sont pas à l’aise avec les outils digitaux. Pour les grands projets de l’entreprise nous conservons donc le cascading et les réunions d’équipe, afin que tout le monde soit bien au courant.

 

3) Quels ont été les impacts de la crise sanitaire sur la communication interne de Nature & Découvertes ?

Les magasins étaient complètement fermés pendant les premiers confinements et la grande majorité des collaborateurs étaient au repos forcé. Il a donc fallu garder le lien avec eux.

La Direction a beaucoup pris la parole à ce moment-là, par le biais de Workplace. Nous avons utilisé cet outil pour dire comment les choses se passaient, mais aussi pour garder le contact. Nous avons posté tous les jours des idées d’activités, des bonnes pratiques ou des challenges photos par exemple.

Pendant cette période, nous avons aussi fait énormément de formations. Nous avions déjà une école interne, avec des contenus prévus pour le présentiel. Nous en avons donc adapté un grand nombre pour le distanciel. Cela nous a permis de garder le lien et de continuer à former nos collaborateurs.

Et nous avons adopté rapidement tous les outils digitaux comme Teams ou Zoom.

 

4) Selon vous, quelles sont les principales caractéristiques d’une stratégie de communication interne réussie ?

La communication interne est au cœur de l’entreprise. C’est le lien entre tous les services, avec la Direction générale, la stratégie, le terrain, l’entrepôt… Elle a un rôle-clé et tout le monde s’en est aperçu pendant les confinements.

La communication interne doit savoir écouter. Écouter les attentes de la Direction générale, qui doit faire passer des messages, mais aussi celles des collaborateurs. Il faut leur laisser le droit de s’exprimer, de dire ce qu’ils ont compris et ce qu’ils attendent. Nous devons aussi comprendre les enjeux, la stratégie, les besoins, pour pouvoir ensuite les expliquer, en adaptant notre discours en fonction de l’interlocuteur.

Il y a aussi toute la partie liée à l’engagement. Chez Nature & Découvertes, c’est un sujet central. Nous cherchons à transmettre la fierté, à valoriser les actions effectuées, à associer les collaborateurs aux réflexions sur les futurs projets. Nous avons mis en place des comités transverses sur de nombreuses thématiques, pour engager les salariés à tous les niveaux.

 

5) Avez-vous des conseils pour les professionnels de la communication interne ?

L’aspect participatif de la communication interne est important. Si nous voulons que les messages passent, nous devons écouter et comprendre.
Il est aussi important de se poser les bonnes questions avant de communiquer. Qui, quoi, quand, comment… Il faut cibler son audience, car on ne parle pas de la même façon à toutes les personnes. Il faut aussi sélectionner ses sujets, savoir sur quoi on communique et pourquoi. Puis choisir son moment, le média et le bon format.

Il y a aussi le « combien ». La communication interne représente un budget, ce qui demande de savoir expliquer ses résultats et le retour sur investissement. Ensuite vient le « et alors ? » car il faut se demander si la communication a fonctionné, si elle a plu et ce qu’il faut changer, ou non, pour la prochaine fois.

Ce n’est pas toujours simple, mais il est parfois nécessaire de prendre du recul et de se poser toutes ces questions pour rester professionnel.

 

6) À votre avis, quels défis attendent la communication interne dans les prochaines années ?

La communication interne fait face à plusieurs grands défis. Il y a d’abord le retour en présentiel. Réfléchir à la manière de ré-enchanter le travail au bureau, le travail collectif, fait partie de nos missions.

Il y a aussi la question du télétravail par rapport au travail au bureau. Nous avons monté un groupe de réflexion en interne sur ce sujet. Il faut définir ce qu’est le télétravail pour nous (à quoi il sert, comment il s’organise…) et choisir ce que l’on réserve à nos moments ensemble, déterminer comment utiliser l’énergie qu’il y a à être ensemble pour mener certains projets. C’est un sujet très important, sur lequel nous n’avons pas encore fini de réfléchir !

L’équipe Com’in remercie grandement Marie Tresse pour avoir accepté notre demande d’interview !