Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Bien rédiger les objets de la newsletter interne : nos 5 conseils

L’objet d’un mail joue un grand rôle dans la décision des destinataires d’ouvrir, ou non, le message. Voici quelques pistes à explorer pour optimiser les objets de la newsletter interne.

Outil central de la communication interne, la newsletter a pourtant un inconvénient : elle arrive dans la boîte de réception des salariés, au milieu des dizaines d’autres mails qu’ils ont à traiter. Elle doit donc réussir à se différencier.

Il est ainsi possible d’en travailler certains aspects pour améliorer les taux d’ouverture et de clics. L’objet du mail, notamment, doit être rédigé avec attention. C’est le premier élément que voit le destinataire, et c’est ce qui va l’inciter à ouvrir le message… Ou, au contraire, à le supprimer sans le lire.

L’objet de la newsletter est aussi un moyen de donner un aperçu du contenu, de montrer qu’il présente un réel intérêt pour les salariés. En effet, ceux-ci identifient rapidement que le mail émane de la communication interne, et peuvent être tentés de le supprimer s’ils pensent qu’ils ne vont voir que des informations très corporate.

Voici alors plusieurs pistes pour rédiger des objets percutants.

5 conseils pour optimiser les objets de la newsletter interne

 

1) Opter pour la personnalisation de la newsletter interne

En insérant le nom du destinataire dans l’objet du mail, vous lui envoyez d’abord une preuve d’attention : il ne reçoit pas uniquement une newsletter généraliste, mais bien un message pensé pour lui. Et cela fonctionne : ajouter le prénom du destinataire peut permettre d’augmenter de 20 % le taux d’ouverture, selon le site SuperOffice (lien en anglais).

Pensez aussi à utiliser des pronoms possessifs pour renforcer l’idée que le contenu de la newsletter concerne directement le destinataire : « Marie, des nouvelles de votre département Finances »

La personnalisation peut aussi concerner l’expéditeur. Les employés seront sans doute plus enclins à ouvrir un message provenant d’une personne identifiée, plutôt que d’une adresse mail générique.

2) Susciter la curiosité

Une autre bonne pratique consiste à attirer l’attention du lecteur. Si l’objet est intriguant, les salariés seront tentés d’ouvrir le mail pour savoir de quoi il retourne.

Pour cela, plusieurs approches sont possibles :

  • montrer que la newsletter contient des explications : « Pourquoi… » ou « Comment faire pour… »
  • à l’inverse, poser une question : « Saviez-vous que… » ; attention cependant, SuperOffice indique que les objets comportant un point d’interrogation (ou un hashtag) sont moins susceptibles d’être ouverts

Veillez pourtant à ne pas abuser de cette approche, afin de ne pas lasser les collaborateurs. Et surtout, assurez-vous que les contenus de la newsletter répondent aux attentes créées par l’objet intriguant du mail !

3) Donner un avant-goût des contenus dans l’objet de la newsletter interne

Pour inciter les salariés à lire la newsletter vous pouvez aussi, tout simplement, leur annoncer de quoi elle va parler. Ce point est un peu différent du précédent. Il s’agit moins de susciter la curiosité que d’informer.

Dans ce cas de figure, mettez en avant le contenu phare de votre emailing avec des objets tels que :

  • Découvrez les portraits des lauréats du concours interne
  • Lisez l’interview de Paul, en charge de la Transformation de l’entreprise
  • Vidéo : le directeur général présente la stratégie pour les 5 prochaines années

Si vous disposez de rubriques variées, vous ne devriez pas avoir de mal à renouveler régulièrement vos objets pour la newsletter interne. L’alternance des formats a également son importance. Ainsi, SuperOffice indique que le fait d’inclure le mot « vidéo » dans l’objet du mail augmente de 6 % son taux d’ouverture !

4) Utiliser des titres génériques et récurrents

C’est peut-être l’une des pratiques les plus classiques concernant les objets de la newsletter interne : opter pour un titre générique, tel que « La newsletter du mois de juillet ».

Les salariés savent ainsi exactement sur quoi porte le mail, sans ambiguïtés. Cela permet également de créer un véritable rendez-vous éditorial.

5) Mettre en avant les actualités saisonnières

Si votre newsletter interne s’adapte à la saison, parlez-en dès le titre. Vacances, jours fériés, mais aussi lancement du calendrier de l’Avent peuvent ainsi devenir des accroches pertinentes.

Vous pouvez également insister sur les dates ou les échéances qui approchent : le lecteur ouvrira alors le mail pour être sûr de ne pas passer à côté d’une information importante : « Plus que 5 jours pour vous inscrire au concours d’innovation participative ! »

Les bonnes pratiques concernant les objets de mails

Quel que soit le type d’objet que vous choisissiez, certains critères doivent systématiquement être respectés. Et en premier lieu, la longueur. Les objets de la newsletter interne ne devraient pas dépasser une cinquantaine de caractères, au risque de ne pas apparaître entièrement dans la boîte de réception (surtout lors de la lecture sur smartphone). Pour SuperOffice, il faut aussi être attentif au nombre de mots : entre 6 et 10 dans l’idéal.

Vous devriez également :

  • éviter la multiplication des majuscules et de la ponctuation
  • réduire l’utilisation des émoticônes
  • insérer régulièrement des chiffres dans l’objet
  • travailler le texte de prévisualisation… Et en faire une suite naturelle de l’objet

Enfin, assurez-vous que votre prestataire de newsletter interne vous permette de mettre en place ces bonnes pratiques, notamment la personnalisation des objets. Pensez également à analyser les performances de l’emailing interne dans la durée, afin de mesurer l’impact des changements entrepris !