Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Faut-il réaliser sa radio d'entreprise en interne ? Témoignage

radio interne, radio d'entreprise, journal interne audio

Vous souhaitez lancer une radio interne dans votre entreprise mais vous ne savez toujours pas si vous devez en externaliser la production. Vous hésitez  encore sur son format, son contenu, sa diffusion, son public… Aujourd’hui, Madmagz Com’In donne la parole à Hervé Pouchol, journaliste doté de plus de 30 ans d’expérience dont 10 à la télé et en radioqui s’est récemment spécialisé dans la radio d’entreprise avec sa société HPP

 

Qu’est-ce qu’une radio d’entreprise ?

Les médias en ligne sont unanimes, la radio est un support en vogue qui ne cesse de se développer au sein des entreprises. Je regrette juste de n’avoir trouvé de chiffres pour pouvoir justifier ces propos. Avant de comprendre les raisons de ce succès, répondons à une première question primaire : qu’est-ce qu’une radio d’entreprise ? On entend parler de newsletter audio, podcast, radio d’entreprise, radio interne, journal interne audio…

Une radio d’entreprise peut être à la fois une radio interne, à destination des collaborateurs et externe à destination des clients/partenaires, diffusée sur le site de l’entreprise, internet ou sur un canal radio spécifique. Il existe aussi la radio évenementielle, pour célébrer une convention, un séminaire…Nous sommes dans ce cas en duplex de l’événement ! » explique Hervé Pouchol, avant d’ajouter : “ personnellement, je propose plus généralement des radios internes pour permettre aux entreprises d’être au plus proche de leurs collaborateurs. Nous nous adressons aux PME, aux grands groupes mais également aux multinationales afin que les collaborateurs qui sont à l’autre bout du monde puissent être au courant”.

La radio d’entreprise, un outil de com’interne complémentaire

Pour Hervé Pouchol, la radio d’entreprise vient palier un problème de communication entre les managers, le DRH, le dircom et les employés. “Je me suis aperçu que les dirigeants d’entreprise et de communication cherchaient dautres moyens interactifs pour mieux communiquer avec leurs collaborateurs de façon concise, dynamique et percutante ! »

A l’heure de l’infobésité, ne faut-il pas craindre l’arrivée d’un énième support de communication ? Hervé Pouchol affirme qu’au contraire, si le format reste concentré sur l’essentiel de l’actualité de l’entreprise et ne dépasse pas les 3 minutes, la radio devient l’outil de communication qui fait la différence par rapport aux autres supports existants. 

Une complémentarité sur le fond…

“Non, c’est complémentaire. Nous nous concentrons sur l’essentiel de l’actu de l’entreprise. J’essaie d’apporter un plus. J’appelle ça la piqûre de rappel. Si vous voulez d’autres informations, vous pouvez toujours vous référer au journal interne, à la newsletter ou à l’intranet. Et ne l’oublions pas trop d’information tue l’information, soyons concis et nous serons écoutés ! »

De quoi parle-t-on sur une radio d’entreprise ? « Nous, dans notre Flash Audio Hebdomadaire, nous revenons sur l’essentiel de l’actualité de l’entreprise en insistant sur 4 informations principales. Une fois par mois nous invitons un dirigeant, un employé, un syndicaliste, voire un client de l’entreprise, à répondre en moins de 2 minutes à 3 questions essentielles ».

Comment cela se passe-t-il exactement ? “Les DRH et les dircom nous font parvenir leurs infos. Par exemple, pour l’un de nos clients, spécialiste des équipements pour la maison, j’ai annoncé la sortie d’un nouveau produit. Les collaborateurs sont ainsi informés avant les clients du lancement du nouveau produit, ce qui n’est pas toujours le cas. Ensuite je peux leur parler de sécurité, de la réunion des meilleurs commerciaux et de qui a remporté les meilleurs produits. Parfois j’évoque les actions du mécénat, des idées partenariats … mais également de grands bouleversements, structuration, fusion… afin que chacun puisse anticiper le changement… »

“Chez HPP, on a aussi mis en place le flash spécial 24h/24. Il est diffusé quasiment instantanément. On fait donc appel à HPP et avec mes équipes, nous sommes disponibles immédiatement. C’est normal, lorsque l’on traite l’actualité, on se doit d’être réactif immédiatement ! ”

…Et la forme

“Nous nous limitons à 3-4 infos par enregistrement, pas plus, nous voulons que le cerveau mémorise et aucune lassitude de la part de nos auditeurs. Chaque lundi matin, je rappelle l’essentiel de l’actualité. Notre but est de donner envie de savoir. Plus qu’une radio d’entreprise, on réalise un podcast audio de 3 minutes baptisé “Le Monday’s Flash””.

Et la diffusion ? 

Pour une diffusion optimale d’une émission de radio, il faut compter sur les supports traditionnels de communication : l’intranet, le mail, le mobile. Hervé Pouchol nous confie : “la majorité des collaborateurs sont alertés par mail. Nous, on la diffuse également sur l’intranet et par sms pour les collaborateurs équipés de smartphones”.

Le smartphone ? Et oui, la radio, on peut l’écouter partout, notamment sur son mobile, et c’est bien là tout son avantage. Néanmoins, cela soulève la question de la frontière de plus en plus fine entre la vie professionnelle et la vie privée à l’ère du numérique. Sur la question, qui ne lui est pas étrangère, Hervé Pouchol raconte : “Une entreprise a proposé sur le mode du volontariat qu’on envoie le podcast sur les appareils portables personnels des employés. Nous l’avons fait car c’était une demande de leur part. Mais il faut avouer que le sms, ça fonctionne très bien. Mais en règle générale, c’est surtout sur les ordinateurs que l’on écoute le podcast”.

Comment réussir sa radio interne ?

Selon Hervé Pouchol, le succès d’une radio interne passe par :

Une voix familière et externe

“En ce qui me concerne, les collaborateurs sont rassurés par ma voix qui leur est souvent familière. Les directeurs de communication me disent que ça rassure les collaborateurs d’avoir une voix connue du monde de la radio, une voix externe. Je revendique en tant que journaliste, une totale indépendance, ce qui confère un sentiment de confiance. Je suis la voix des salariés également et pas seulement la bonne parole de la direction ».

L’expérience

“Et puis, la radio c’est un vrai métier, je leur apporte mon expérience de journaliste radio sur la forme et le fond (ordre des infos etc.). De temps en temps, le directeur de la communication nous envoie des infos, je reconstruis l’information, je leur soumets une version plus « Radio » et comme je vous l’ai dit précédemment nous utilisons tous les codes de la compréhension humaine, je leur renvoie le texte ainsi retravaillé, et je reçois le ‘bon à diffuser’”. C’est un véritable travail de communication orale.

Le format : concis

“Il faut que ce soit concis, précis, agréable à écouter. Le format ‘3 minutes’, nous y tenons. Cela permet d’éviter le zapping. De temps en temps, on rajoute une interview où on donne la parole à un dirigeant ou à un collaborateur Il est important de faire parler à la fois les dirigeants mais également les collaborateurs, c’est une question de valorisation : votre avis nous intéresse… »

Des vrais messages

“On fait passer les vrais messages. Quand je reçois un patron, je vais lui poser aussi les questions qui dérangent. Ça plait aux salariés comme à l’ensemble des collaborateurs. La voix ne trompe pas, les auditeurs sentent parfaitement, la franchise du discours de l’intervenant. En règle générale, je propose une interview par mois de dirigeant mais aussi de collaborateur”.

La touche ludique

A l’heure où la gamification fait ses preuves tant comme méthode de management que pour renforcer le sentiment d’adhésion des employés à leur entreprise (employee engagement), le format radio a toute sa place.

“De temps en temps, cerise sur le gâteau, on ajoute un petit jeu. Par exemple, pour une grande enseigne de bricolage, on avait parlé des limites de vitesse autorisées sur les parkings lors d’une de nos chroniques. A la fin de la chronique, j’ai posé la question aux auditeurs : quelle est la limite de vitesse autorisée sur les parkings et ils devaient répondre à la question par mail pour gagner un prix. On a eu énormément de réponses, ce qui prouve que nos émissions sont écoutées. C’est un bon moyen de voir aussi si les collaborateurs ont retenu l’info. Et le format de 3 minutes est parfait pour ça”.

La confidentialité

“Un point important également que je souhaiterais souligner : on mise tout sur la confidentialité et le respect vis-à-vis de l’entreprise. Ne l’oublions pas nous gérons de la communication interne, les sujets peuvent être sensibles, les stratégies mises en lumière …!

Alors pour répondre à notre question initiale, oui, selon Hervé Pouchol, il faut externaliser la production de sa radio d’entreprise. “Je vous conseille de lire mon article sur les 10 bonnes raisons de ne pas réaliser sa radio d’entreprise en interne”. Sans compter que pour une chronique de 3 minutes, “il faut compter environ 2 à 3 jours de travail entre la prise de brief, le tri dans les informations, la réécriture, l’enregistrement et le montage”.

A lire également, ces deux très bons articles sur le sujet :

Vous avez mis en place une radio au sein de votre entreprise ? Racontez-nous votre expérience !

journal interne, communication interne, radio d'entreprise