Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

CRM : Facebook 1 – E-mail et Twitter 0

facebook page fan crm

Je ne sais pas si c’est un signe, une tendance ou que sais-je mais c’est en tous cas une impulsion pour écrire un article de blog. Quoi donc ? Tomber la même journée sur trois enseignes parisiennes qui, sur leur porte d’entrée, invitent à les rejoindre sur Facebook.

Cela a commencé par le Monoprix de la place de la République.

Page Fans Facebook Monoprix 01

Page Fans Facebook Monoprix 03

Page Fans Facebook Monoprix 04

On retrouve sur cette page fans des photos produits, des bons plans, des photos des clients, etc. Elle est bien animée et il y a de nombreux commentaires.

Puis j’ai remarqué la même chose sur la porte d’une boutique près de la rue des rosiers qui vend des coques, des étuis et autres protections pour smartphones et tablettes.

Page Fans Facebook My e-case 01Page Fans Facebook My e-case 02

Page Fans Facebook My e-case 04

La page informe avant tout ses fans des nouveautés.

Enfin, dans la même rue, il y a un bar pour lesbiennes qui fait de même.

Page Fans Facebook café 3W 01

Page Fans Facebook café 3W 02Page Fans Facebook café 3W 03Page Fans Facebook café 3W 04

Ici, ce n’est pas une page fans mais un profil mais son newsfeed est public : on peut donc le consulter et s’y abonner à la Twitter (nouvelle fonctionnalité de Facebook). On y trouve notamment annonces et photos de soirées.

Si je devais conclure d’après ces exemples (et j’en ai évoqué d’autres par le passé, comme cette librairie parisienne ou cet hôtel new yorkais), je dirais que l’e-mail et Twitter perdent la bataille de la relation client.

L’e-mail (j’espère y revenir dans un prochain article) voit son efficacité toujours décroître et la page ou le profil Facebook offrent cet avantage certain de vous laisser en contrôle de la relation. Twitter lui ne permet pas cette richesse d’interaction : images, commentaires longs, etc. et, de toute façon, il n’est pas mainstream. Seul Google+ pourrait lutter, mais c’est encore un enfant en bas âge.

On sent cela dit la barrière offlineonline : il faut être connecté au Web, saisir l’adresse et liker. Lourd. Le QR code pourrait faciliter la chose, mais n’oublions pas sa lourdeur d’installation en amont. Peut-être y a-t-il là quelque chose à inventer… si ce n’est déjà fait.