Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Le cas Educ’pro vs Madmagz : épilogue

Page 404

Si vous avez lu le récent Comment réagir à une mauvaise critique le cas Educ’pro vs Madmagz, alors vous savez que je travaillais à obtenir droit de réponse à un article qui attaquait un jeu-concours mené avec notre partenaire TPE Lycée et destiné à des élève de première. Voici comme l’affaire s’est soldée.

Disons d’abord que l’article d’Educ’pro était une reprise d’un article du blog de Christine Vaufrey. La critique était donc en deux endroits.

Après donc mon billet, Mme Vaufrey m’écrivit le jour même qu’elle regrettait que mon commentaire n’apparaisse pas sur Educ’pro, qu’elle en ignorait la cause, qu’elle en avait averti le webmestre, et que sitôt que ce problème serait résolu, elle me préviendrait afin que je puisse le publier et ainsi ouvrir le débat.

Peu après, elle m’apprenait que le problème était résolu et que je pouvais de nouveau publier mon commentaire. Ce que j’essayai de faire, sans succès. D’où cet e-mail (je supprime les formes de politesse) :

J’ai publié une réponse (cf. NB), qui n’a pas paru, contrairement aux autres commentaires. Pouvez-vous faire en sorte qu’elle paraisse sur votre blog et le site Educ’Pro ? Merci.

En effet, sitôt après la publication de mon billet de blog, des internautes ont pris notre défense en laissant des commentaires, qui eux ont paru. Dans le même moment (après ou avant ma demande, je ne sais), Mme Vaufrey publia ma réponse sur son blog. Toutefois, rien sur Educ’pro.

J’ai noté que vous avez publié ma réponse sur votre blog. Pouvez-vous faire en sorte qu’elle le soit également sur le blog d’éduc’pro ? Cela ne fonctionne en effet pas de mon côté. Merci.

Après un échange sur les raisons, l’affaire menaçait de s’enliser. J’écrivis donc :

Avez-vous des nouvelles ? S’il faut s’adresser directement à une personne pour obtenir droit de réponse, quelle est-elle ? Merci.

Mme Vaufray me répondit que c’était une question technique, et qu’elle n’avait pas accès aux techniciens. Ce à quoi je répondis :

Je regrette mais je ne puis accepter cette réponse qui n’offre ni solution ni délai. Et il reste que cet article est accompagné de commentaires mais, étrangement, le mien n’a pas été publié. Là s’arrêtent mes tentatives amiables d’obtenir, ainsi que j’en ai le droit, droit de réponse. Je ferai respecter ce droit par voie plus formelle.

La réponse de Mme Vaufrey ne se fit pas attendre : elle me communiqua un contact chez Educ’pro et m’apprit qu’elle supprimerait l’article de son blog. Je n’en demandais pas tant, mais soit. Cela ne changeait toutefois rien au problème de la non publication de ma réponse sur Educ’pro. J’écrivis donc, à Educ’pro cette fois :

Mme Vaufrey a publié le 5 janvier dernier sur votre blog l’article Concours scolaire : ne pas se moquer des élèves. Malgré plusieurs tentatives, mon commentaire n’a pas été publié. Pouvez-vous vous en assurer ? Merci. Je l’ai joint en PS.

Cette personne me répondit qu’Educ’pro travaillait à ne pas publier les commentaires en double, les laissant sur le blog d’origine. Ma réponse figurant sur celui-ci, le problème était donc réglé. Ce n’était pas mon compte.

Merci. Le droit de réponse doit s’exercer, et s’exercer au niveau de l’article (cf. cette référence, notamment le dernier paragraphe). Donc même quand l’article de Mme Vaufrey était actif, il fallait que ma réponse apparaisse au niveau d’Educ’Pro. A plus forte raison maintenant que l’article ne l’est plus. Je compte donc sur vous pour faire voie à ma demande.

La réponse ne se fit là non plus pas attendre, et mon interlocutrice d’Educ’pro m’apprit… qu’elle avait également supprimé le billet !

Affaire close ? Pas tout à fait ! Il faut encore instruire Google que, la page n’existant plus, son cache doit être mis à jour. C’est ce que je fis, en suivant ce conseil. La gestion de sa réputation est une affaire de longue haleine !