Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Ergonomie des formulaires : la validation instantanée est un must !

Validation des formulaire (ergonomie)

Je crois qu’il faut voir les champs de formulaires comme autant de portes de sorties que vous ouvrez à vos visiteurs. Toutefois, pour bien des sites, il faut un minimum d’informations de la part de l’utilisateur pour réaliser la prestation.

Il y a beaucoup de littérature sur la meilleure façon de présenter un formulaire (voir notamment ces liens). J’ai, pour ma part, suggéré récemment d’y ajouter une page cool factor. Mais il y aussi le traitement des erreurs et, sur ce point, une récente étude présente des résultats importants.

Qui n’a pas fait cette énervante expérience ? Après avoir complété un ennuyeux formulaire (pléonasme) et cliqué sur le bouton « Valider » avec un ouf de soulagement, voilà que l’on est recalé avec des messages d’erreur en rouge sur la page – le même rouge qui vous monte aux joues et vous donne envie de partir…

On a vu fleurir ça et là depuis le milieu des années 2 000 (et ce n’est pas sans raison, car ce dont je vais parler est techniquement réalisé au moyen d’un « langage » nommé AJAX, qui a fait les belles heures du Web 2.0), à une approche plus didactique. Il s’agit d’informer l’internaute à chaque champ du succès ou de l’échec de son action. Pour mieux comprendre ce dont il s’agit, je vous invite à créer un compte sur RememberTheMilk.

On voit facilement que l’expérience est supérieure : au lieu d’être livré à soi-même pour ensuite espérer un verdict favorable, on est tenu par la main avec la quasi assurance de franchir l’étape. Une récente étude (via LukeW), fait état d’un test conduit sur deux échantillons de population soumis à un même formulaire, mais l’un avec validation instantanée et l’autre sans. Voici quelques résultats :

  • un taux de complétion du formulaire supérieur de 22%
  • un taux d’erreurs moindre de 22%
  • un taux de satisfaction supérieur de 30%
  • une baisse de 42% du temps de complétion du formulaire.

Je crois ici que la conclusion s’impose d’elle-même…