Le 23 février 2018, notre petit-déjeuner Com’in était dédié à l’usage de la vidéo pour animer un réseau social d’entreprise. Venus de chez Orange, Sylvain Hudelot, global community manager, et Margaux Cals, chef de projet digital, ont présenté le Plazzapping : une websérie destinée à valoriser les initiatives des salariés d’Orange sur Plazza, leur réseau interne.

A l’issu de leur présentation, Margaux Cals a accepté de répondre à nos quelques questions. L’occasion de revenir sur les objectifs, les modalités et l’avenir de son joli projet !

A quel besoin répondait votre projet de vidéos pour animer votre réseau social d’entreprise ?

Quand on lancé le Plazzapping, on avait 3 besoins majeurs :

  • Créer du média vidéo puisqu’il n’y a pas de réseau social digne de ce nom sans vidéo. J’ai donc proposé, à partir d’une feuille blanche, un concept de websérie courte et digitale pour valoriser les initiatives de mes collègues sur le réseau social.
  • Animer le réseau social de manière décalée et disruptive. Dans l’équipe, on aime dire que le Plazzapping est un programme pertinent dans le fond (puisqu’on valorise du business, des chiffres, du concret) et impertinent dans sa forme (on parodie et on détourne les concepts corporate, toujours de façon bienveillante).
  • Faire de l’audience et augmenter le taux de remplissage des profils sur le réseau.

L’engagement de vos collaborateurs a-t-il été immédiat ?

Dès les premiers épisodes nous avons eu une belle audience : nous avons atteint jusqu’à 6 000 vues par épisodes, et plus d’une centaine de commentaires très positifs. Souvent, on nous félicitait pour notre authenticité, notre fraîcheur et notre franc-parler. C’est une valeur qui nous est chère : nous avons toujours été dans la transparence dans nos communications. Par exemple, il nous est arrivé de dire, à l’occasion d’une opération qui avait bien fonctionné : “vous avez été tellement nombreux à vous connecter que vous avez fait sauter la plateforme !” C’est tout bête, mais c’est sincère. Or cette sincérité est appréciée. C’est primordial à mes yeux de mettre de l’âme et de l’humain dans une communication digitale.

Une dernière chose, c’est que je suis toujours touchée quand des collègues que je ne connais pas me croisent et me disent “merci pour le Plazzapping, ça donne le sourire, ça fait du bien !”…ça n’a pas de prix !

Comment faîtes vous vivre les vidéos une fois publiées ?

C’est assez simple : à chaque fin d’épisode, j’appelle tous mes collègues à poster leurs vidéos préférées, un GIF, un selfie… cela nous permet d’engager la conversation avec les salariés, dans les commentaires. Je m’engage personnellement à répondre à tous les messages laissés sur le Plazzapping (avec un like, un message personnalisé et un petit GIF marrant). Et ce qui est génial, c’est qu’on a vu émerger, à partir de ça, de nouvelles pratiques digitales chez nos collègues. Il faut rappeler que l’âge moyen chez Orange est d’environ 47 ans, donc ça n’est pas toujours évident de partager des contenus digitaux de manière naturelle. Or aujourd’hui, cela se fait de façon tout à fait spontanée, et nous sommes très fiers d’avoir accompagné ce changement !

Et puisque jamais 3 sans 4 : comment voyez-vous évoluer le Plazzapping dans les prochaines années ?

L’avenir et les collègues nous le diront ! Aujourd’hui nous avons une belle audience, nous avons réussi à créer un rendez-vous, il y a une attente. Donc tant que ça plaît, nous, on continue !