Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Lancement d’un RSE chez TIBCO : “L’implication managériale est essentielle”

Emilie Herby TIBCO

TIBCO, entreprise française de services numériques basée à Nantes, qui pèse près de 98 millions d’euros de chiffre d’affaires et compte 978 collaborateurs, a pris la décision fin 2012 de mettre en place un réseau social interne. Objectif numéro un ? « favoriser la productivité et l’innovation ». Deux ans plus tard, Emilie Hervy, Chef de projets marketing-communication chez TIBCO, raconte comment les différentes communautés ont émergé et les raisons du décollage du réseau social au printemps dernier.

Booster la productivité et l’innovation, décloisonner et favoriser la collaboration 

L’idée d’un RSE a émergé chez TIBCO fin 2011, suite à la participation du Président du directoire, Patrick Vallée, à un observatoire sur les réseaux sociaux organisé par Zriryeb Marouf fin 2011. En rentrant, la question de la création d’un réseau social interne était lancée avec pour objectif premier : “favoriser l’innovation et la productivité chez TIBCO”.

Au-delà de ces objectifs, précise Emilie Hervy, il s’agissait également de :

  • permettre aux employés de collaborer entre eux : “Nous voulions avant tout permettre à nos différents employés de réseauter et d’échanger sur des sujets divers”.
  • décloisonner les services : “TIBCO est une entreprise composée de trois filiales bien distinctes : Tibco Télécoms, Tibco services, et Tibco organisation. Il fallait créer des synergies entre ces filiales”.
  • être cohérent avec notre culture digitale : “Nous baignons dans l’ère numérique. Ce projet contribue à développer cette culture et à être en accord en interne avec notre image”.

Déroulement du projet

La constitution d’un groupe projet

Le lancement du RSE est un projet qui a naturellement été confié à la Direction de la communication car il s’agissait d’un projet transversal qui concernait tout le groupe, il était donc plus simple de le confier à un service support mais aussi car un RSE est un nouvel outil de communication interne à l’entreprise. “Le projet m’a été confié en 2012. Nous avons dans un premier temps réaliser un groupe projet “élargi” composé d’employés des différentes filiales et de différents profils pour avoir l’avis de personnes provenant d’horizons différents”, raconte Emilie Hervy.

  • Le premier objectif était de leur présenter le projet, leur expliquer ce qu’est un réseau social d’entreprise et observer leurs réactions.
  • Puis, dans un second temps, il s’agissait de repérer ceux qui accrochaient le plus au projet et qui étaient motivés pour sa mise en oeuvre, et voir si des idées et des communautés émergeaient.

Le choix d’un outil du marché

“J’ai ensuite identifié un groupe projet « plus stricte » avec des personnes susceptibles d’être intéressées par le projet, pour ensuite choisir un outil. J’ai été appuyée dans cette démarche par l’équipe technique”.

A la question “avez-vous choisi un outil du marché ou avez-vous développé votre propre outil ? », Emilie Hervy explique : “Nous avons choisi Yammer. En réalité, le groupe projet a proposé cet outil pour test (la version gratuite), et aujourd’hui, c’est toujours Yammer que nous utilisons”.

Les raisons du décollage au printemps 2014

“Au début, ça a démarré lentement”, concède Emilie Hervy, avant d’ajouter : “Il a fallu attendre le printemps 2014 pour voir une véritable évolution”. A quoi attribue-t-on la progression soudaine des membres inscrits centre année ? Plusieurs explications sont mises en avant à commencer par :

  • L’implication managériale : “Notre Président du directoire, Patrick Vallée, a commencé à en parler et à officialiser le réseau social interne lors de la convention annuelle. L’implication du top management est indispensable. Chez Tibco services par exemple, Frédéric Roulleau, Président de Tibco services, est également un grand contributeur, tout comme Patrick Vallée.
  • La participation active du service de communication interne : “Nous, à la communication interne, nous sommes également très actifs sur Yammer. Dès qu’il y a une information à faire circuler, nous la postons sur le réseau social. Pour le moment, quand elle est stratégique, l’info est encore envoyée par mail parallèlement pour s’assurer que tout le monde y a accès. L’usage du RSE reste encore minoritaire. Tout le monde y a accès, mais tout le monde ne s’y rend pas. Aujourd’hui, près de 400 personnes sont inscrites sur 1 000 collaborateurs. Le RSE est par ailleurs accessible via mobile. Nous avons beaucoup de commerciaux en déplacement et de techniciens susceptibles d’utiliser Yammer en situation de mobilité”.
  • La mise en place d’actions de communication :
    • La réalisation d’interviews de nos utilisateurs : “Nous réalisons par ailleurs des interviews filmées de nos utilisateurs que nous postons en ligne sur le réseau. Ils vont par exemple parler de leur expérience utilisateur, de l’usage qu’ils font du RSE”.
    • Le bouche-à-oreilles : « Nous parlons de plus en plus de notre RSE. C’est très important d’en parler et de faire passer le relais ».
    • La mise en place d’actions de sensibilisation : “Nous essayons également de mettre en place des actions de sensibilisation auprès des managers de proximité, des chefs d’équipe. Nous intervenons dans les réunions de service, une fois la communication passée, les adhésions arrivent souvent par flot”.
    • La formation : “Pour susciter l’adhésion des collaborateurs, nous publions également des tutoriels sur Yammer, notamment sur comment poster un message, ou comment passer de l’anglais au français. Cela peut paraître minime, mais de nombreux collaborateurs ne se rendent pas sur le réseau social car ils sont freinés par la langue”.
Screenshot Yammer_V3
Yammer, le réseau social d’entreprise de Tibco

Les usages du RSE 

Depuis son lancement, le réseau social a vu plusieurs communautés se créer, notamment des communautés d’experts, de direction, de veille, mais également des communautés “loisirs”. En voici quelques exemples :

  • La communauté entreprise : “Il y a une communauté destinée à tous les collaborateurs de l’entreprise. C’est la plus active, nous y postons la plupart des informations RH et de communication interne comme les informations à propos des tickets restaurant, les infos trafic”.
  • La communauté de veille : “Il y a une forte contribution sur la partie commerciale. Les commerciaux postent des articles de presse pour mettre à profit par exemple leur veille sur la concurrence”.
  • La communauté “Expertise”: Les experts s’y donnent RDV pour échanger sur des nouvelles solutions qu’ils ont nouvellement implémentées, sur des nouveaux produits, etc.
  • La communauté “direction commerciale grands comptes ou direction commerciale middle-market” : “Des directions ont également créé leur propre communauté”.
  • La communauté “English break” : “Nous avons également une communauté qui, comme son nom l’indique, réunit des personnes souhaitant faire une pause en anglais. Les contributeurs se donnent rendez-vous pour faire des déjeuners exclusivement en anglais”.
  • La communauté “Hors Boulot” : “Les membres de cette communauté y postent des informations sur des événements culturels, des expos, des concerts…”.
  • La communauté “Pour les grands voyageurs” : “Ses membres mettent en ligne des bons plans pour des restos, des hôtels…”

Bilan et suivi

“Nous n’avons pas à rendre de compte pour le moment sur les évolutions de trafic sur le RSE. L’idée est bien entendu d’attirer les collaborateurs mais le lancement du RSE est encore très récent donc nous n’avons pas d’objectifs précis”.

Un a priori négatif des collaborateurs

“A part quelques inconditionnels dès le démarrage, il faut avouer que les gens étaient à la base très réticents. La première réaction est de dire, “nous ne voulons pas de facebook d’entreprise. Nous ne voulons pas raconter notre vie privée au travail”. Mais au fur et à mesure, ils sont de plus en plus enclins à accepter cet outil. Ils comprennent que ce n’est pas du tout l’usage d’un RSE et qu’il ne s’agit pas de dévoiler sa vie privée. Certes il y a des communautés “hors boulot” mais on reste dans le cadre professionnel. En plus, les collaborateurs ont souvent de très bonnes idées. Malheureusement, parfois ils peuvent être freinés par la rédaction. Et puis, il y a aussi la peur du regard de l’autre”.

Une augmentation des membres de 180% en un peu plus d’un an

“J’ai réalisé un bilan en janvier 2013 et en juillet 2014. Il y avait 144 membres au premier bilan puis 404 membres au deuxième.”.

Les avantages d’un RSE 

Faut-il avoir des craintes sur les changements que peuvent impliquer les réseaux sociaux dans une entreprise ? A cette question, Emilie Hervy répond : “Un RSE, ça peut bouleverser, c’est un véritable changement de culture dans une entreprise. Mais d’un autre côté, il permet de donner la parole à tous les collaborateurs.

  • Egalité du pouvoir d’expression et auto-régulation : “Tout le monde peut s’exprimer. L’information n’est plus uniquement descendante. Par ailleurs, le RSE s’auto-régule tout seul. Pas besoin de dire aux gens ce qu’ils doivent écrire ou penser”.
  • Valorisation et partage de l’information : “Tous les collaborateurs peuvent s’exprimer et d’une certaine façon mettre à profit leurs connaissances, leurs compétences, l’information !”
  • Identification des compétences : “Le RSE nous permet également d’identifier des compétences, des talents. Si une personne évoque sur le RSE le fait qu’elle parle russe par exemple, on pourra la contacter si l’on a besoin de faire appel à un russophone pour une raison ou une autre.”
  • Echange, rencontre de l’autre : “Il est difficile de tirer de grandes conclusions aujourd’hui chez TIBCO car nous n’avons pas assez de recul. Mais, le RSE permet indéniablement d’échanger, d’aller à la rencontre de nouvelles personnes. Un collaborateur que nous avons interviewé nous a dit qu’il était content qu’on lui demande son avis sur les objets connectés”.

Prochain challenge ?

“Notre objectif aujourd’hui est de donner encore plus envie aux collaborateurs de contribuer. Nous voulons que les collaborateurs osent”.

Screenshot Yammer_V2
Yammer, le réseau social d’entreprise de Tibco