Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Les objectifs de la communication interne en entreprise

Les objectifs de la communication interne vont bien au-delà de la simple information des collaborateurs. En ce début d’année 2023, nous vous proposons de faire un tour d’horizon des possibilités.

La communication interne est, avant tout, un lien direct entre l’entreprise et les salariés. Elle occupe une place à part dans le fonctionnement des organisations, comme l’ont bien montré les différentes périodes de confinement.

Cette position lui permet d’avoir un réel impact sur le quotidien et l’état d’esprit des employés. Il ne faut alors plus la considérer comme un simple média, mais bien comme un outil aux multiples fonctions. Pour bien l’utiliser, il convient alors de construire une stratégie annuelle, qui s’appuie sur un audit et se décline en un plan de communication détaillé.

Chaque entreprise assigne un objectif particulier à sa communication interne, par exemple en fonction de sa situation économique ou de son contexte social. Mais certains reviennent fréquemment, car de nombreuses organisations partagent les mêmes problématiques.

Les principaux objectifs de la communication interne

 

 

1) Informer les collaborateurs, le premier objectif de la communication interne

Le rôle premier de la communication interne, c’est bien évidemment d’informer les salariés.

Elle relaye les principales actualités de l’entreprise, sur différents supports, et se fait régulièrement le porte-parole des dirigeants. Elle suit aussi les grands projets en cours, présente les succès ou les imprévus et annonce les dates importantes comme les salons professionnels ou l’ouverture de la campagne des entretiens individuels, par exemple. Au niveau local, les communicants partagent aussi des informations sur les événements ou le quotidien du site.

Chaque collaborateur a donc la possibilité, s’il le souhaite, de savoir ce qu’il se passe dans l’entreprise.

2) Préparer et accompagner le changement

La communication interne sert aussi à annoncer les grands changements à venir pour permettre aux salariés de s’y préparer. Fusion, acquisition, réorganisation d’une activité sont autant d’événements qui génèrent du stress et de l’incompréhension s’ils ne sont pas bien expliqués.

Les communicants doivent donc les annoncer à l’avance, mais également en présenter les tenants et les aboutissants. Il leur revient aussi, avec l’aide des managers, de répondre aux différentes questions que peuvent se poser les employés.

3) Diffuser la culture d’entreprise et ses valeurs, un objectif implicite de la communication interne

Chaque entreprise fonctionne selon un système de valeurs et une organisation qui lui sont propres. Certaines prônent par exemple le droit à l’erreur comme moteur de l’innovation, quand d’autres mettent la sécurité au cœur de leurs process. Ces choix dépendent à la fois de l’histoire de la société, de son domaine d’activité mais aussi de la vision des dirigeants.

Or, une entreprise est avant tout une entité composée d’individus parfois très différents les uns des autres. Pour qu’ils puissent travailler ensemble efficacement, il est donc nécessaire qu’ils partagent les mêmes valeurs et disposent d’un référentiel commun.

Il revient donc aux communicants de présenter la culture de l’entreprise lors de l’onboarding, mais aussi de l’illustrer au quotidien par des portraits, des reportages internes, ou encore par la mise en place d’une plateforme d’engagement collaborateur.

4) Motiver les salariés

Pour qu’ils soient efficaces, il est essentiel que les salariés aient envie de travailler pour l’entreprise et de mener à bien leurs missions. Faute de quoi, des situations d’ennui voire de quiet quitting peuvent apparaître.

La motivation de chacun dépend bien sûr de ressorts individuels. Mais les communicants peuvent aussi contribuer à entretenir la motivation collective, notamment en :

  • prenant de la hauteur sur certains sujets pour rappeler le but final de l’entreprise, sa raison d’être
  • montrant le rôle joué par l’entreprise dans son écosystème global et à l’échelon local
  • mais aussi en créant une ambiance de travail agréable, par exemple grâce à des jeux-concours ou en organisant des événements internes informels.

5) Contribuer à la reconnaissance au travail

Un employé a besoin de savoir que ses efforts, son investissement dans son travail sont reconnus et appréciés. Cela passe d’abord par des remerciements de la part du manager aux moments opportuns.

Mais pour un engagement durable, il convient de construire un véritable programme de reconnaissance à l’échelle de l’entreprise. En parallèle, la communication interne permet de mettre en valeur les projets phares et leurs succès, mais surtout les femmes et les hommes qui y ont participé.

6) Améliorer l’expérience employé

L’expérience employé est devenue un sujet majeur pour les entreprises car elle représente un véritable levier d’engagement et de productivité.

Là encore, la communication interne a un rôle à jouer. C’est en effet à elle de recueillir les besoins et interrogations des salariés, de leur donner une voix. Il lui revient aussi de leur présenter les actions mises en place, comme l’évolution de l’offre de formations par exemple.

La communication interne est également un reflet du fonctionnement de l’entreprise dans son ensemble. Réaliser des médias de qualité est donc, en soi, une preuve de l’attention portée aux collaborateurs.

7) Engager les salariés, l’objectif au cœur de toute communication interne

L’un des principaux objectifs de la communication interne est souvent, in fine, de contribuer à l’engagement des employés envers leur société. Ils doivent sentir qu’ils font partie d’un tout, que chaque métier et chaque poste a son importance et son rôle à jouer au sein de l’écosystème global qu’est l’entreprise. C’est d’autant plus crucial dans les grands groupes, où certaines activités se situent parfois à l’autre bout du monde.

Des collaborateurs engagés, ayant un véritable sentiment d’appartenance, auront envie de s’impliquer dans leurs missions, y compris lors des périodes difficiles. C’est également une manière d’assurer la transmission des savoir-faire et la diminution du turn-over.