Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Madmagz : point d'étape

Je ne suis pas très bavard ces temps-ci. Je l’avoue, la perspective d’avoir à écrire un article m’assomme. Je crois que c’est la conséquence d’une grosse fatigue – nerveuse. Six jours sur sept de boulot, du matin au soir, depuis mes dernières vacances, en janvier, ça finit par peser. Aussi vais-je prendre ma deuxième semaine de congés non payés à compter de lundi prochain…

Mais avant cela, un point d’étape.

Une version alpha de Madmagz est prête et je vais inviter cette semaine les premiers testeurs. J’ai dit alpha et non bêta car elle est encore instable, incomplète et quelque peu boguée. Je n’en suis pas bien satisfait, je l’avoue. Malgré cela, je souhaite la faire tester pour des raisons psychologiques – que toute l’équipe se dise qu’on entre dans une phase pré-commerciale – et fonctionnelles : comprendre et intégrer les besoins utilisateurs dans un moment où on peut corriger le tir sans pression publique.

Les testeurs sont aujourd’hui 150. Les deux tiers sont des clients ou des promoteurs potentiels. Ils travaillent dans des entreprises telles que l’ANPE, Areva, Cofidis, Decathlon, Esthederm, General Electric, Homebox, Milipore, Schneider, la SNCF, Thales, Volvo et nombre de sociétés moins connues. Je les ai recrutés grâce à mes relations, Viadeo et la notoriété de Madmagz. Il me tarde de connaître leurs impressions ! Du reste, j’ai pris les mesures adéquates pour cela : marquage Google Analytics, Userfly, fichier Excel de reporting de bugs et questionnaire (via Google Form).

Au plan de l’organisation, vous avez constaté la venue d’une blogueuse prometteuse : Ingrid. Elle m’aide de plus sur plusieurs taches de copywriting. Par ailleurs, je travaille à la constitution d’un bureau de conseillers de direction. Je ne serai pas en mesure de recruter des cadres de haut niveau avant au moins huit mois. Or les décisions au commencement d’une entreprise ont un impact lourd. Je réunis donc des experts en business, finance, technique et marketing afin qu’ils m’aident à prendre les meilleures décisions.

Enfin, je suis en train de boucler notre business plan. Ce doit être la quatrième version depuis que j’ai commencé l’aventure il y a un an. Je suis nettement plus à l’aise : je comprends mieux l’exercice, notre business et, en un an, j’ai progressé en tant qu’entrepreneur. Ce qui m’aide aussi beaucoup, ce sont deux business plan qui ont levé de l’argent que m’ont communiqués des investisseurs. Je conseille aux entrepreneurs de s’en procurer : cela n’a rien à voir avec la si abondante littérature que l’on trouve sur le sujet. Pourquoi rechercher un investisseur ? Parce que selon mon analyse, notre marché va être rapidement concurrentiel et rien ne sert d’être les premiers si l’on n’est pas en mesure de monter en puissance. Je prévois ainsi recruter un chef de projet technique senior et un directeur commercial en 2010. Plusieurs investisseurs ont souhaité que je leur communique notre business plan. Je vous tiens au courant !