Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Stratégie digitale, vous avez dit stratégie digitale ?


Cette semaine, par courrier, j’ai reçu le rapport d’activité 2010 de la FEVAD.
NDLR : Vous remarquerez dans la pliure reliant les pages 18 et 19, un petit bout de femme en jupe noire, c’est moi 😉 . Pour les plus fidèles, vous savez que j’ai obtenu le favor’i de la meilleure initiative éthique pour aquidonner, site que j’édite via BeDigitalBusiness

Intéressons-nous plus précisément à la plaquette jointe, celles dédiées aux chiffres-clés. Ci-dessous, je vous ai reproduit deux des graphiques proposés.

stratégie digitale

Alors que le poids des ventes sur internet en France se compte désormais en milliards, nous remarquons que 73% des sites oscillent entre 0 à 100 transactions par mois, 21% de 100 à 1000, seulement 5% plus de 1000 et moins de 1%, 10 000 et plus !
Bien que les transactions ne se résument pas toujours à la vente d’un seul produit. Cela indique pour une grande majorité, 1000 achats ou moins par mois.

Au niveau business, cela induit que les places sont à prendre !

Pourquoi un tel écart entre ceux qui vendent et les autres ?

La stratégie digitale
Il y a ceux qui savent penser leur support de vente (= site) comme un levier de business et les autres…
La stratégie digitale peut se définir comme l’art de savoir combiner tous les facteurs de réussite ecommerce. Cela va du choix du nom de domaine à la fidélisation des clients.
Des annonces payantes sur Google ne remplaceront jamais une réflexion sur les produits / services proposés et le circuit de vente / fidélisation sur le site.
Une stratégie digitale, c’est savoir concilier business plan, marketing et direction de projet numérique. C’est également mettre en place des objectifs et un plan opérationnel.
Par exemple, le référencement naturel se pense avant même qu’une ligne de code ait été faite et la définition des prix ne consiste pas à copier sur son voisin – connaît-il simplement sa marge, son ROI ?

La stratégie digitale est accessible à toutes les entreprises

Vous pouvez la définir seul avec des notions glanées sur le web et un livre ou être accompagné dès le départ par un consultant business digital.
Dans le 1er cas, vous n’investissez pas de budget dans du conseil ou du pilotage mais perdrez du temps et sans doute tomberez dans quelques pièges. Et très rapidement, vous serez confronté à la réalité des vos chiffres : vous avez trouvé la martingale, vous abandonnez ou vous faites appel à un consultant.
Réfléchir
Réfléchir en amont est possible dans toutes les entreprises, et oui même dans la vôtre 😉
Le moindre commerçant dans votre rue, par exemple le fleuriste, c’est poser à minima des questions comme : à qui veut-il vendre, quels produits, à quel prix, comment faire pour que « son magasin soit vendeur ».
Lors des premières rencontres avec les entreprises, le dirigeant et ses équipes reconnaissent aisément avoir fait faire un site internet sans aucune stratégie :
« – Ce n’est pas le travail du webmaster ?
– Non, le webmaster monte des sites internet, il ne définit ni les acheteurs à cibler, ni la ligne de produit à mettre sur le site, ni les tarifs à proposer »

Pour résumer, le webmaster est le maçon et personne ne lui a donné le moindre plan de la maison à bâtir. Si vous avez un maçon consciencieux, il va vous dire que ce n’est pas une bonne idée de mettre le toit à l’envers mais souvent la règle « le client a toujours raison » l’emporte…
Vous avez saisi l’idée ; mettre en ligne 5 pages avec le bouton acheter ne sert à rien sauf si vous avez pensé votre site comme le fleuriste a pensé à son installation.
Mettre en oeuvre
Une fois votre réflexion business et marketing terminée, il est temps de s’interroger à comment faire faire votre site pour qu’il soit le plus « Google Friendly », c-à-d. d’être bien référencé sur Google, et ergonomique pour votre cible.
Puis, il vous faudra suivre les développements et tester pour vous assurer de la pertinence de votre réflexion. Cette phase s’appelle la Direction de Projet Numérique.
Promouvoir son support de vente, de promotion
Le site est en ligne, il fonctionne sans erreur, c’est parti pour la 3ème phase : la mise en place d’opérations pour qu’il soit visible. Quels leviers de SEM allez-vous utiliser ? SEO ? SEA ? SMO ? Référencement naturel ? Publicité ? Mailing ? Réseaux Sociaux ? Quels sont les retours sur investissement possibles ?
Suivre les conversions sur le site
Différents outils permettent de suivre les conversions, mais faut-il encore avoir songé à cela avant la mise en ligne du site…

Distancier mes concurrents

Bref, la stratégie digitale est de la stratégie business adaptée au web, ni plus, ni moins.
Se lancer sur le web est un virage important pour les entreprises, bien pris il va vous permettre de prendre les parts de marché à vos concurrents qui ne savent toujours pas ce qu’est une stratégie digitale 🙂

Véronique da Costa
Consultante business digital
Fondatrice de BeDigitalBusiness, l’essentiel du ebusiness : du nom de domaine à la fidélisation client