Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Télétravail : peut-on imposer la caméra à ses collaborateurs ?

Qui dit télétravail dit aussi réunions en visioconférence. Mais est-il possible (et souhaitable) d’imposer la caméra à ses employés ?

Pour l’employeur, le recours à la caméra permet de garder un lien concret avec ses employés en télétravail. En revanche, pour les salariés, cela peut être perçu comme une intrusion dans leur vie privée… Surtout si la visioconférence devient systématique.

Alors, quelles sont les bonnes pratiques en la matière ?

 

Avantages et inconvénients de la visioconférence en période de télétravail massif

Au premier abord, demander à ses employés en télétravail d’allumer leur caméra lors des réunions peut sembler un prolongement normal du fonctionnement en présentiel. Cela facilite le maintien des liens, et l’animateur de la réunion n’a pas l’impression de faire une présentation dans le vide.

Et surtout, cela permet à l’employeur de voir ses collaborateurs. Pour certaines entreprises, c’est donc un moyen de s’assurer que tout le monde va bien, de détecter des signaux faibles qui autrement passeraient inaperçus. Car l’usage de la caméra rétablit aussi la communication visuelle et non-verbale.

 

Les réticences des collaborateurs concernant la visioconférence en télétravail

Pourtant, du point de vue de l’employé, la perception de la situation est très différente. Allumer sa caméra en télétravail, c’est donner (un peu) accès à sa vie privée. Ses interlocuteurs verront son domicile, et éventuellement les autres personnes du foyer si elles passent dans le champ de la caméra.

Certains outils, comme Zoom, permettent de flouter l’arrière-plan ou d’utiliser une image de fond, ce qui résout les problèmes ci-dessus. Cependant, un employé en télétravail n’est pas forcément apprêté comme s’il allait au bureau. Lui imposer la caméra, c’est aussi lui demander des efforts vestimentaires… qui semblent un peu superflus pour rester chez soi.

 

 

 

 

 

Visioconférence et bien-être au travail

Mais vouloir imposer la caméra à ses collaborateurs en télétravail a un autre inconvénient. Au-delà du sentiment d’intrusion dans la vie privée, cela peut être perçu par les salariés comme un manque de confiance. Ils peuvent même le prendre comme une forme de surveillance. Or, la tendance actuelle va plutôt vers un besoin accru d’autonomie.

Pour toutes ces raisons, imposer la caméra lors des réunions fait partie des mauvaises pratiques en télétravail. D’autant plus que cela peut générer une fatigue accrue chez les employés, comme le montre une étude de l’université Stanford (lien en anglais)… Et donc une baisse de leur productivité.

 

Imposer la caméra à ses collaborateurs en télétravail : ce que dit la réglementation

Le fait de pouvoir, ou non, imposer la caméra à ses salariés en télétravail est bien sûr un problème récent. Cependant, plusieurs textes permettent d’établir un cadre légal précis.

Ainsi, la CNIL « recommande aux employeurs de ne pas imposer l’activation de leur caméra aux salariés en télétravail qui participent à des visioconférences ». Elle s’appuie pour cela sur l’article 5.1.c du RGPD qui lui permet de dire que, dans la plupart des cas, une participation aux réunions via le micro seul est suffisante.

De plus, l’usage de la caméra en télétravail donne, comme nous l’avons vu, accès à l’intimité des salariés. Il ne peut donc pas être obligatoire, au risque d’être considéré comme une atteinte à la vie privée.

 

Imposer la caméra en télétravail : cas particuliers

En parallèle, l’article L.1121-1 du Code du travail stipule que « Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché. »

L’employeur peut donc imposer le recours à la caméra en visioconférence, à condition que l’objet de la réunion le nécessite. Cela peut concerner la présentation d’un nouveau produit, par exemple. Le fait de prendre une décision de première importance en réunion pourrait également justifier le besoin de voir le visage des participants.

 

Ne plus imposer la caméra, mais la proposer

L’employeur n’a donc que peu d’intérêts à imposer la caméra à ses collaborateurs en télétravail. Mieux vaut opter pour une situation où chacun, employé comme manager, se sent libre d’allumer ou non sa caméra.

Cet équilibre est d’autant plus important à trouver que le télétravail a désormais pris sa place dans le quotidien des salariés. Alors, plutôt que de vouloir imposer la caméra à ses employés, l’entreprise devrait réfléchir dès aujourd’hui à la meilleure manière d’adapter sa culture à ce nouveau fonctionnement !

 

Découvrez notre livre blanc spécial Newsletter interne !

Conseils, idées, exemples ... tout ce qu'il faut savoir pour créer ou améliorer votre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Tous les mercredis, recevez l'actualité en communication interne, des conseils, des interviews et des invitations exclusives à nos événements.