Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Web², web squared

web squared


Web 1.0 a vu la naissance des sites internet, des endroits où mettre à disposition des documents.
En 2004, le Web 2.0 est inventé : le relationnel aidé par le web. Depuis, c’est son essor via les réseaux sociaux se sont multipliés.
A peine Twitter est-il entré dans le monde du consommateur en France, que déjà des notions nouvelles arrivent : web squared, web 3.0…
Ce post se veut une première approche de ces notions et basée sur des exemples utilisateurs. De nombreuses sources sont indiquées pour vous permettre d’acquérir rapidement des connaissances sur ce sujet.

I – Dans quel web sommes-nous ?

A – Les différents web en quelques mots

  • Web 1.0 : publier et lire sur le web
  • Web 2.0 : publier, lire et donner son avis (commentaires)
  • Web 3.0 : publier, lire, donner son avis et déduire. Ce que ce que je publie / lis / réponds est lié à un contenu automatiquement proposé.
  • web 4.0 : publier, lire, donner son avis, déduire et tout cela par un robot, non plus par un être humain

B – Les différents web en détails
Je vous propose l’iconographie de entretiens-du-futur.blogspirit.com. Cette dernière explicite les différentes dimensions de chaque web.
* Mise à jour suite au commentaire du 29 avril 2010 de l’éditeur d’entretiens du futur
Le tableau a été réalisé par David Fayon, il est une partie intégrante de son article publié justement sur les entretiens du Futur. [article]

C – Et vint Web², web squared…
Elaboré par Tim O’Reilly, cette notion est actuellement en passe de devenir le nouveau concept à la mode : simple à communiquer, il permet de mettre en avant de nouveaux usages.
Ce concept est-il simplement marketing, simplement facile à utiliser avec les clients, les annonceurs, nos dirigeants ? Le plateau de techto.tv permet d’avoir une idée de ce qu’il est et ce qu’il n’est pas. Loin de moi, de vouloir retranscrire les articles et les interventions de chacun, je vais essayer de vous montrer à quoi ressemble le web² (dites web squared).
Le web à la puissance 2 indique que c’est la rencontre du web et du world, bref de la puissance de diffusion du web avec les interactions humaines.
web squared

II – Tout mon environnement est Web Squarred !

Tim O’Reilly indique dans son article que 2010 va voir arriver de nouveaux utilisateurs grâce à de nouveaux modes de connexion invisibles aux consommateurs.
« Nos appareils photos, nos microphones sont en train de devenir les yeux et les oreilles du Web, nos détecteurs de mouvement et capteurs de proximité sa proprioception, le GPS son sens de la localisation. » dixit internetactu.net
Le temps réel, le web sémantique, les objets connectés…deviennent de plus en plus présents et accessibles. A quoi ressemblent ces nouveaux usages ?

A – Objets connectés
Ils sont le web invisible. Pour quelques centaines d’euros, des objets connectés au web sont achetés par des consommateurs pour qui internet était inaccessible, car trop compliqué.
Plusieurs exemples d’objets de grande consommation utilisent le format tablette : c-à-d. sans ordinateur, avec un stylet au lieu d’un clavier.
Un des plus courus est la fameuse tablette de recettes de cuisine de qooq, qui vise la fameuse ménagère de moins de 50 ans et surtout surfe sur le goût insatiable des consommateurs pour la cuisine.

Le nabaztag dit les informations, lit des sites web et informe de l’arrivée d’e-mail, vous permet d’envoyer de la musique, des message lumineux…Il annonce à votre entourage via le web de votre arrivée en reniflant vos clefs…Le site permet de découvrir toutes les fonctionnalités qui donnent l’impression d’être hors web mais qui sont liés à internet.

De plus en plus d’objets usuels proposent de plus en plus la reconnaissance gestuelle et devient une interface intentionnelle. C’est surtout utilisé pour le jeux, comme la Wii et d’autres. source : lejsl.com

Un autre aspect du web de l’objet (= internet de l’objet, objet intelligent…) est lié à la multiplication des puces RFID sur nos produits. Par exemple, je scanne le produit et je sais tout de lui : prix, utilisation, transport…et bientôt son empreinte énergétique, l’endroit où il est le moins cher…

Et la suite ?

B – Web Sémantique : complément d’informations pour mieux acheter, mieux vivre avec son entourage ?

Les objectifs du Web Sémantique

  • Proposer des méta-données pour que les systèmes d’informations fassent des interactions entre eux et puissent suggérer des rapprochements de données. La puissance du concept réside surtout dans l’auto-apprentissage des systèmes d’informations.
  • Source : Web Semantique

L’infobésité, une limite ?
Le web a chaque jour de plus en plus de données. Ces données pour être utile doivent être exploitées, c-à-d. être transformée en connaissances. Ceux qui savent le faire formeront l’élite professionnelle du web, celle qui sera tout en haut de la société de l’intelligence en train de naître sous nos claviers. La valeur sera dans la capacité à mettre en perspective, à interpréter, à proposer une prospective des situations, afin que l’outil informatique ne soit capable de le faire lui-même.
Ceux qui arrivent à ne pas être « infobésité », à trouver les meilleures sources, à faire les estimations les plus justes seront les vrais gagnants du web² et web 3.

  • NDLR : Ma formation d’historienne est plus qu’utile dans cette phase. Ce que je viens de lister est le b.a-ba de tout étudiant d’université voulant réussir au moins un master I.

La vie privée, une limite ?
Mon portable indique via GPS ma position et me propose les restaurants les plus proches de l’endroit où je suis. Pratique certes, mais cela veut dire que mon portable est le meilleur indic…Il donne à chaque pas ma position exacte.
Actuellement, la seule réponse à cette convergence des informations est que les innocents n’ont rien à craindre. Un innocent en démocratie peut-être pas…Je rappelle pour ceux qui ont manqué les derniers JT que des pays réapprennent la notion de dictature, la vie sous les combats et ce après des années de paix. Il est statiquement probable que des changements affectent des contrées voisines voire la nôtre. Cette évolution amène des jeunes et des moins jeunes à s’interroger sur la teneur de leurs publications depuis leur premier post sur le web, à se rappeler avec angoisse toutes les pétitions web signées et à comptabiliser tous leurs échanges de smileys rigolards sur un parti politique musicalement mauvais…

Un exemple de convergence des données

  • La reconnaissance visuelle des photos
    Comme dans les films, je mets en ligne des photos, j’indique le nom de la personne ; le site me propose d’autres photos dans lesquelles se trouvent cette personne. Bien sûr, il s’agit de photos que je n’ai pas fournies, et peut-être même que cette personne n’a pas mises en ligne.
    Imaginons qu’une photo de toi, oui, toi lecteur avec une vieille relation apparaisse sur l’écran de ta nouvelle relation…La date prouve que tu n’étais pas, mais alors pas du tout au chevet de ta douce tante Ermeline…Professionnellement, des photos de toi dans un salon professionnel partageant un café avec le big boss d’une société concurrente dans un recoin sombre…
    Ah oui, c’est vrai tu ne caches jamais rien en amour, en amitié, au boulot…

C – Le temps réel : ma vie suivie par mes amis, je suis une star
Twitter, Facebook…tout concourt à rendre tous mes écrits immédiatement su, lu…L’exemple ci-dessous illustre parfaitement cette vie à temps réel connue via le web, le réseau social.
La question sous-jacente est : veux-je que tout le monde connaisse les détails de mon existence ? Des voix s’élèvent de plus en plus sur le respect à la vie privée, mais pouvons-nous à la fois mettre un écriteau devant notre porte et éviter que tout le monde le lise surtout si notre porte donne sur le hall d’attente d’un aéroport ?
La multiplication des réseaux sociaux soulèvent aussi le problème de suivi des différentes publications que nous voulons suivre, le mashup social social est-il une solution ? Mettre au même endroit tous nos identifiants n’est-ce pas au contraire un mauvais calcul ?

IV – Sources

Ce post est une petite pierre vers la connaissances 😉 sur le web squared. Je vous cite mes sources. A vous de faire le reste du chemin…avant que votre col de chemise ne vous susurre les dernières notions du web 15.0

Web²

Web 3.0

Posté par Véronique da Costa