Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Les vidéos YouTube ne sont (presque) plus des divas


J’ai déjà souligné que si la vidéo sur Internet est un média puissant, elle n’est pas sans poser de problème au plan du web design car elle tend à dévorer l’attention et à la garder pour elle. Elle est narcissique et égoïste : c’est une diva. Si l’on joint ces deux éléments à la popularité de YouTube, on mesure l’importance de la nouvelle récente selon laquelle le site permet désormais l’insertion d’un lien externe (vers une page Web, un blog…) dans une vidéo.

Étrangement, alors que les sites anglophones s’en sont largement fait l’écho, aucun site français, semble-t-il, ne la mentionne, pas même la version française de TechCrunch alors que le blog parent en parle. Je n’ai pas pour habitude de couvrir l’actualité du Web mais là, je crois qu’il faut que je me sacrifie… Voici donc de quoi il s’agit ainsi les implications que j’entrevois.

Cela porte le doux nom de Call-To-Action Overlay. Google le présente (en anglais) ici. En substance, il est désormais possible d’ajouter un bref descriptif et un lien dans un bandeau transparent, comme dans l’image ci-contre. Par la suite, vous pouvez consulter le nombre de clics sur le lien dans l’espace ad hoc de YouTube. Pour le fonctionnement détaillé, je vous invite à consulter ce bon tutoriel.

Je voudrais davantage m’enflammer, mais il y a à ce stade deux restrictions. La première et la plus importante est que c’est réservé aux annonceurs sur YouTube. Les vidéos de chiens qui font de la planche à roulettes attendront… L’autre est géographique : seuls les annonceurs Américains en bénéficient.

Toutefois, au vu des résultats, les perspectives semblent considérables. Ainsi, au mois de mars dernier, une organisation caritative aurait enregistré par ce moyen dix mille dollars de dons en une journée ! TechCrunch mentionne d’autres applications juteuses, comme un lien vers une fiche produit ou un formulaire d’inscription. Le force émotionnelle d’une vidéo est telle qu’on devrait voir des performances inconnues à ce jour sur Internet.

Ce n’est pas tout. Là où l’imagination bouillonne, c’est quand on songe au couplage de cette fonctionnalité avec la possibilité ouverte il y a quelques temps par YouTube de faire un lien vers un moment précis d’une vidéo. On imagine par exemple une page Web avec un menu à gauche qui agirait comme une télécommande vers une vidéo centrale, laquelle contiendrait un lien vers une page produit ou de paiement (idée un peu fixe chez moi).

Cette possibilité de faire des liens entrants et sortants décuplent les perspectives de YouTube. La vidéo se fond davantage avec le Web. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant ? Je ne crois que ce soit, comme le pense le blogueur de TechCrunch, parce que Google ne voulait pas que ses Internautes partent ailleurs. Le moteur de recherche semble très bien se porter de cet état de fait par exemple… Non, je crois plutôt que c’est dans ce dernier cas, Google a trouvé le moyen de gagner de l’argent au passage grâce à sa régie publicitaire Adwords alors qu’il ne sait toujours pas comment faire avec YouTube.